De l’art et de ses frontières (Part 1)

Quelle différence entre l'urinoir et la pipe?

Une des questions qui nous anime chez Azimuts est de savoir quand est-ce qu’on “fait de l’art” ou non… Vous seriez surpris de la fréquence à laquelle cette question nous est posée : “Mais du coup… c’est de l’art ça ?” Photo, film, podcasts… Tout ou presque est concerné.

Personne parmi nous n’a réussi à définir précisément cette frontière entre l’art, les médias et ce qui est parfois appelé animation “socio-culturelle”. Pourtant cette ligne de démarcation entre l’art et le profane semble intéresser tout le monde !! Cette zone floue dérange, provoque souvent l’interrogation : elle brise les cases, casse les catégories.


Nous ne l’avons pas choisi, mais de fait nous sommes, chez Azimuts, des exploratrices et explorateurs de cet espace indéfini, entre l’œuvre d’art et l’œuvre pour le bien commun – même la langue française s’amuse à nous tromper.


Évidemment, parfois on s’éloigne de cet entre-deux. Dans ces moments on est sûr de faire quelque chose d’artistique, ou à l’inverse l’on est certain de ne pas en faire…


Il faut ici deux exemples: 

  • il peut nous arriver d’écrire un conte et de le jouer devant un public venu assister à un spectacle joué par un artiste conteur expérimenté : on fait de l’art. 
  • Il peut également nous être demandé de réaliser une vidéo pour promouvoir un dispositif d’aide au départ en vacances : on ne fait pas de l’art mais une prestation.

Mais entre les deux… dès qu’on se rapproche de la frontière, on ne sait plus dire si, oui ou non, “ce que l’on fait, c’est de l’art”. 

Un atelier artistique de fabrication de masques

Soyons francs : cette question nous importe peu. Il y a des histoires qu’on a envie de raconter, d’autres qu’on a envie de vivre… L’aspect artistique ou non de la chose est le cadet de nos soucis. C’est pourtant une question qu’on doit prendre en compte pour savoir y répondre lorsqu’on nous la pose : “Mais au final, c’est de l’art ce que vous faites ou pas?”. Si notre seule réponse est “Ben oui, mais pas complètement » ou “Ben non, mais presque”, on sera immanquablement trop artistes pour les un.e.s et pas assez pour les autres. 

Cet article est donc une réflexion partagée avec vous sur la nature de ce que nous faisons au quotidien.


Que répondre, donc, à la question “Faites-vous de l’art ?” 

La première réponse sera une pirouette: “L’art, c’est très relatif.” Inutile de refaire l’histoire de l’art pour le démontrer, il y a des exemples à foison en art contemporain ou en art moderne : une pipe peinte qui n’en est pas une, un urinoir… Nous parlons là de deux œuvres incontournables de l’histoire de l’art du XXème siècle… 

Marcel Duchamp et son ready made

Pour cette semaine, notre réflexion va s’arrêter ici : ce qui n’a rien d’artistique peut devenir un incontournable, même s’il s’agit d’un urinoir. Qu’est-ce qui fait une œuvre d’art dans ce cas ? On voit poindre deux choses : l’intention, et la reconnaissance…